Un label Vaudois : une valeur ajoutée à la production agricole de notre Canton

Claire Attinger, députée – postulat déposé le 15 novembre 2016

Cette dernière décennie a vu la question de l’alimentation et des modes de production au cœur des préoccupations des consommateurs-trices. Pour justifier cette attention, je citerai les nombreux scandales liés à la nourriture (de la vache folle aux lasagnes à la viande de cheval). Les consommateurs se sont, dès lors, montrés de plus en plus intéressés à connaître le lieu et le mode de production des composants de leur alimentation pour des raisons liées à la santé, à un souci écologique et/ou éthique et de transparence. Aujourd’hui, ils se rapprochent de plus en plus des producteurs locaux, spécialités locales et produits dits du terroir, le lien avec le producteur/produit de proximité permettant de répondre en partie à leurs préoccupations.

Un label régional vaudois permettrait à la fois de répondre à la demande grandissante des consommateurs et de leur faciliter la tâche, de valoriser la politique agricole vaudoise et les producteurs locaux, tout en soutenant et promouvant la création de filières locales de transformation et d’approvisionnement. En outre, des retombées positives en termes d’image et de tourisme gastronomique pourraient également être perçues.En effet, si la qualité de certaines exploitations a été dénoncée récemment, l’assurance d’une qualité de produits, légitimé par un label, bénéficierait à chaque acteur de la chaîne alimentaire.

L’espace agricole du canton de Vaud est important et sa production sous certaines conditions, gagnerait à être mieux valorisée et à se rapprocher des consommateurs-trices. Pour cela les agriculteurs-trices pourraient être accompagnés par une formation renforcée sur ces aspects ce qui leur permettrait plus facilement de répondre à ces nouveaux besoins.

  • Revenir à un approvisionnement local, c’est aussi :
  • Réintroduire les saisons dans ses menus
  • Réintroduire le terroir dans l’alimentation
  • Rechercher la fraîcheur dans l’assiette
  • Faire travailler les producteurs locaux
  • Réduire les gaz à effets de serre

La proximité, la traçabilité et l’équité qui assurent des conditions de travail justes dans le respect des conventions collectives, doivent être garanties pour les consommateurs. La fraîcheur, la diversité, le goût des produits, le respect de l’environnement et de la santé des producteurs et consommateurs, et le refus des plantes et animaux génétiquement modifiés démarqueraient avantageusement les agriculteurs qui répondent à ces objectifs dans la promotion de leur produit.

Créer une marque de garantie, c’est aussi identifier les produits de qualité issus de l’agriculture de notre canton. Elle peut concerner tous les produits agricoles, à chacune des étapes de leur transformation, du champ à l’assiette depuis l’entreprise de production, de transformation et de distribution. Genève a su en faire un outil promotionnel par son label GRTA (Genève Région Terre Avenir). En effet, la progression de sa notoriété est passée de 38 % en 2008 à 66 % en 2011, puis à 79 % en 2015 (DemoSCOPE).

La création du label « Vaud +»  (ou autre dénomination) passerait par la définition d’un cahier des charges, la mise en place d’un processus de certification avec, un organisme de contrôle indépendant et l’identification de la stratégie de promotion. Le Service de l’agriculture et de la viticulture (SAVI) avec le soutien de l’Unité développement durable pourrait piloter cette démarche. Le cahier des charges de ce label devrait être élaboré avec les acteurs-clés des groupements d’intérêt des milieux agricoles (par ex. Prome terre, AGRIDEA,) et les groupements  de défense des consommateurs. Un partenariat avec les milieux gastronomiques pour sa promotion semblerait judicieux.

La prolifération des labels tend à les rendre moins lisibles, voire inaccessibles, et à les lisser tous à un même niveau sans différenciation des spécificités intrinsèques et souvent importantes des cahiers des charges.  La plus-value d’un label cantonal, sérieux et impartial, réellement porté par l’Etat, simplifierait la compréhension des consommateurs et accompagnerait leurs achats.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notifications
avatar
wpDiscuz