Question orale – Comment garantir aux étudiant.e.s et apprenti.e.s que l’Office cantonal des bourses d’études (OCBE) statue dans des délais raisonnables sur leurs demandes de bourses ?

Jean Tschopp – question orale déposée au Grand Conseil le 14 novembre 2017

À l’automne 2016, du fait des retards importants accumulés dans le traitement des demandes de bourses, plusieurs étudiant.e.s ou apprenti.e.s se sont retrouvés dans une situation financière difficile jusqu’à s’endetter. À cette époque, selon les estimations de la Fédération des associations d’étudiants de l’Université de Lausanne (FAE), chaque collaborateur dédié au traitement des dossiers de l’Office cantonal des bourses d’études (OCBE) gérait en moyenne plus de 1400 dossiers par année, un des plus haut ratio en comparaison intercantonale. En début 2017, pour y pallier, 3.8 ETP supplémentaires ont été engagé dans l’urgence. Cette nouvelle dotation a permis, toujours selon la FAE, d’atteindre une moyenne d’environ 900 dossiers par collaborateur. Toutefois, le Grand conseil ne sait pas jusqu’à quand cette dotation supplémentaire perdurera. Les conditions matérielles des étudiant.e.s et apprenti.e.s ne doivent pas entraver leur accès à la formation.[1] Par conséquent les député.e.s soussigné.e.s adressent la question suivante au Conseil d’Etat et le remercient d’avance pour sa réponse :

Comment garantir aux étudiant.e.s et apprenti.e.s que l’Office cantonal des bourses d’études (OCBE) statue dans des délais raisonnables sur leurs demandes de bourses ?

 

[1] Le développement de l’accès à la formation tout au long de la vie et son encouragement font partie des actions annoncées dans le programme de législature 2017-2022 du Conseil d’Etat, 1.1, p. 15.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notifications
avatar
wpDiscuz