Interpellation – Favoriser l’égalité dans l’administration vaudoise : quels constats et quelle stratégie pour la nouvelle législature ?

Carine Carvalho Arruda, députée– Interpellation déposée le 6 mars 2018

Un des objectifs prévus dans le Programme de législature 2017-2022 prévoit, sous le point 1.10. Promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes, dans la société et au sein de l’État, est de « favoriser une représentation égalitaire des femmes et des hommes dans tous les métiers, secteurs et niveaux hiérarchiques de l’administration cantonale ».

Ce n’est pas la première fois qu’un tel objectif apparait dans le programme du Conseil d’État qui avait adopté en 2004 un Plan pour l’égalité[1] contenant trois volets :

  • Un règlement relatif à l’égalité au sein de l’ACV, lequel précise les options prioritaires de la politique de promotion de l’égalité ;
  • Une analyse annuelle de l’évolution de la situation des femmes dans l’administration vaudoise ; publication des données et présentation d’un rapport au Conseil d’État qui détermine les éventuels ajustements nécessaires ;
  • La mise en œuvre de mesures concrètes afin d’améliorer la conciliation entre les activités professionnelle et familiale, d’augmenter la proportion de femmes aux postes à responsabilités et de sensibiliser le personnel et les cadres.

Le plan d’action faisait suite à une enquête du Bureau de l’égalité et du Service de recherche et d’information statistiques de 1999 intitulée « Conditions de travail et égalité entre les sexes dans l’administration cantonale vaudoise ».

Nous pouvons saluer le bien fondé des mesures mises en œuvre qui ont contribué à la promotion de l’égalité et à l’amélioration des conditions de travail. Je pense notamment à l’évaluation de l’égalité salariale au sein de l’administration[2], la rédaction des offres d’emploi de manière épicène et la promotion de l’aménagement du temps de travail.

Cependant, une deuxième enquête datée de 2012 et appelée RECADRE – L’égalité parmi les cadres de l’Administration cantonale vaudoise[3], montrait encore la prégnance d’inégalité dans l’accès pour les femmes aux positions de cadre dans l’administration. Les femmes représentaient alors 70 % des EPT dans les classes 1 à 9, 45 % des classes 10 à 13, mais seulement 22% des classes 14 à 18.

Le plan d’action datant de 2004, il serait peut-être temps de revoir les objectifs et mesures.

J’ai donc le plaisir d’adresser les questions suivantes au Conseil d’État :

  • Quelle analyse fait le Conseil d’État quant à l’impact des mesures mises en œuvre dans le cadre du plan d’action de 2004 ? Quelles évolutions sont constatées, notamment depuis 2012, quant à l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’administration ?
  • Le Conseil d’État, prévoit-il de mettre à jour les objectifs et mesures pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’administration cantonale dans le cadre d’un nouveau Plan d’action ?
  • Comment se traduit concrètement l’objectif d’une représentation équitable des femmes et des hommes dans la hiérarchie de l’administration ? Quelles actions concrètes sont prévues dans le cadre du programme de législature ?

Nous remercions d’avance le Conseil d’Etat pour ses réponses.

[1]https://www.vd.ch/themes/etat-droit-finances/egalite/egalite-entre-femmes-et-hommes/administration-cantonale/mesures-prevues/, visité le 12 février 2017.

[2] Il convient tout de même de rappeler que l’Etat doit encore œuvrer pour la réduction de l’inégalité salariale résiduelle constatée par les analyses Logib, , même si celle-ci est bien inférieure à la moyenne nationale.

[3]https://www.vd.ch/themes/etat-droit-finances/egalite/egalite-entre-femmes-et-hommes/administration-cantonale/publications/, visité le 12 février 2017.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notifications
avatar
wpDiscuz