Interpellation – Deal de rue : état de la situation

Denis Corboz, conseiller communal – Interpellation déposée le 12 juin 2018

Depuis le début de l’année, le Parti socialiste lausannois s’est inquiété de la situation du deal de rue à Lausanne, via deux interpellations différentes (le 13.02.2018 « interpellation de Benoît Gaillard et crts – Sécurité publique, quel est le plan ? » et le 22.05.2018 « interpellation d’Anne-Françoise Decollogny- Deal de rue et vie de quartier »). Le PS est intervenu pour demander quelle était la vision de la Municipalité en la matière. L’actualité de ces dernières semaines a fait ressurgi au grand jour cette problématique récurrente et, malheureusement, pas encore maîtrisée.

Nous souhaitons par les différentes questions de cette interpellation faire un état des lieux du deal de rue à Lausanne et des actions qui sont entreprises pour la prévention de la consommation de stupéfiants

Depuis 5 ans, la Municipalité lausannoise a pourtant fourni de nombreux efforts pour se réapproprier et pacifier l’espace public. Cela s’est traduit par un renforcement de la présence humaine avec l’engagement de 100 policiers/policières supplémentaires (soit 25% de l’effectif en plus), la mise en place de 14 correspondant-e-s de nuits (9,6 ept), ou spécifiquement dans le domaine des addictions l’ouverture prochaine de l’espace de consommation sécurisé (ECS). Malgré cette politique volontariste, force est de reconnaître que ces différentes mesures ne suffisent pas encore.

La logique économique évidente du marché de la drogue est que, tant qu’il y aura de la demande, il y aura de l’offre. C’est donc avec pragmatisme que Lausanne doit empoigner le problème du deal et miser – à l’instar d’autres grandes villes Suisse – sur la réduction de sa présence sur l’espace public et non sur son éradication complète. Les mesures présentées par la Muncipialité vont dans ce sens et sont à saluer.

La lutte contre le deal de rue est également rendue difficile par les méthodes de vente des dealers, qui transportent sur eux peu ou pas de marchandise. Même en cas d’arrestation, les chances sont donc grandes pour que les charges retenues soient faibles, et qu’elles ne débouchent pas sur une incarcération. Et même en cas d’incarcération d’un dealer, il n’est pas difficile pour les réseaux criminels de recruter une autre personne qui prendra sa place, et que le problème demeure.

À côté du volet de politique pénale, il est aussi certain que la politique de la drogue est un problème complexe, et la réponse ne peut être uniquement répressive et doit prendre en compte l’ensemble de la politique des 4 piliers. La consommation de drogues est aussi un problème de santé publique, leur consommation augmentant ces dernières années[1]. Il faut donc s’assurer que la prévention soit efficace.

Pour mieux comprendre les mesures concrètes que pourrait prendre la Ville pour diminuer véritablement et durablement la présence du deal à Lausanne, nous posons les questions suivantes à la Municipalité :

  • Quels sont les obstacles que rencontre la Municipalité pour diminuer de manière significative le deal à Lausanne ?
  • Quelle serait la pratique pénale et pénitentiaire qui serait la plus appropriée pour la ville de Lausanne ?
  • La Ville a-t-elle une estimation du volume de transactions du deal de rue sur les différentes substances ?
  • Quelle est la proportion respective de toxicomanes et de consommateurs dit « festifs » ou occasionnels ?
  • Quelles mesures complémentaires (sociales, santé publique, prévention, migration, sécuritaire) la Ville souhaite-t-elle voire mise en place par le canton ?
  • Lausanne a rejoint le groupe de travail des grandes villes suisses (Zurich, Bâle, Berne, Genève), villes qui souhaitent tester la vente légale et contrôlée de cannabis, quand est-il de ces travaux et de l’agenda pour rendre cette expérience possible ?
  • Quelles sont les mesures de prévention qui sont mises en place dans les écoles par la Ville et le canton et comment ces deux offres s’articulent-elles ?
  • Quels sont les institutions ou organismes qui mettent en œuvre cette prévention dans les écoles?
  • Combien d’heures en classe la prévention représente-t-elle sur une année scolaire sur l’ensemble des écoles lausannoises ?
  • Quelles sont les classes d’âge qui bénéficient de cette prévention ?

 

[1] https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/sante/determinants/drogues-illicites.html

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notifications
avatar
wpDiscuz