Interpellation – Alpiq est-elle entrée en fission ?

Romain Felli, conseiller communal. Interpellation déposée le 15 mars 2016. Co-signée par le groupe des Verts lausannois et le groupe LaGauche.

La société électrique Alpiq, dont notre commune est indirectement actionnaire par le biais de sa participation dans EOS Holding, a annoncé plusieurs nouvelles inquiétantes la semaine dernière.

Toujours pénalisée par le bas prix de l’électricité sur un marché libéralisé pour les gros clients, et par ses centrales nucléaires en fin de vie, Alpiq a annoncé une perte nette de 830 millions de francs pour l’exercice 2015. En particulier, étant obligée d’acheter de grande quantité de courant à quelques 5 ct le KWh aux sociétés d’exploitation de Gösgen et Leibstadt dont elle est coactionnaire, Alpiq le revend à environ 3 centimes sur le marché de gros, et elle perd donc de l’argent avec chaque KWh produit par ces centrales

Deux mesures en particulier semblent vouloir être prises par l’entreprise pour limiter les dégâts.

Premièrement, la vente de 49% de son parc hydroélectrique – dont le fameux barrage de la Grande-Dixence – car le coût de production de l’énergie hydroélectrique est au-dessus de son prix sur le marché libéralisé. Idéalement, des sociétés d’approvisionnement électrique, qui desservent des clients sur le marché non-libéralisé (comme les SIL), pourraient être intéressées à prendre des participations dans l’hydroélectrique – une source stable et relativement peu polluante de production d’électricité.

Deuxièmement, d’après les révélations de la Basler Zeitung (7.3.2016), Alpiq envisagerait le délestage par la bande de ses centrales nucléaires qui, placée dans une société de gestion publique seraient démantelées aux frais de la collectivité.

Ces différents éléments nous poussent à poser les questions suivantes à la Municipalité :

  • Les pertes annoncées par Alpiq auront-elles des conséquences, indirectement, sur les revenus de la commune : d’une part par de moindres dividendes versés aux actionnaires, d’autre part sur de moindres impôts locaux payés à Lausanne ?
  • La Commune, par le biais de sa participation dans EOS Holding, approuve-t-elle le désengagement d’Alpiq de la production d’électricité et sa concentration sur le seul négoce?
  • En particulier, la Commune, par le biais de sa participation dans EOS Holding, approuve-t-elle la stratégie de vente du parc hydroélectrique d’Alpiq ?
  • La Commune, respectivement les SIL, pourrait-elle être intéressée à acquérir une participation dans le parc hydroélectrique ainsi mis en vente ?
  • Cette acquisition permettrait-elle de contribuer aux objectifs stratégiques de production stable et écologique d’électricité de la ville ?
  • Si ce n’est pas le cas, quelles solutions (caisses de pensions ?,…) peuvent être envisagées pour que ce patrimoine hydroélectrique ne parte pas dans des entreprises qui ne seraient pas contrôlées par des collectivités publiques suisses ?
  • En matière nucléaire, au vu des pertes financières structurelles pour les raisons exposées ci-dessus, pourquoi Alpiq ne ferme-t-elle pas ses centrales ?
  • La Commune, par le biais de sa participation dans EOS Holding, a-t-elle connaissance de la volonté d’Alpiq de se défausser, aux frais de la collectivité, de ses centrales nucléaires ?
  • Si oui, la Commune approuve-t-elle cette stratégie d’entreprise ?
  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifications