Interpellation urgente FASL – Ville de Lausanne : quelle collaboration suite aux évaluations 2018 ?

Interpellation urgente déposée par Latha Heiniger, conseillère communale, le 11 septembre 2018.

 

La collaboration entre la Ville de Lausanne et la FASL date de 1964 et s’est traduite par le biais de subventions allouées à quelques centres de loisirs par l’intermédiaire de la Direction des écoles. Grâce, notamment, au développement de nouveaux centres de loisirs, après celui de Bellevaux (1953), initié par différentes organisations oeuvrant avec et pour la jeunesse, la collaboration entre la Ville et la FASL s’intensifie et s’enrichie. Elle s’est ajustée à diverses reprises afin de répondre au mieux à l’évolution de la société et aux habitants des quartiers de la Ville. Lausanne peut être satisfaite de disposer aujourd’hui d’un dispositif d’animation socioculturelle dense qui foisonne d’idées et d’activités pour jeunes et moins jeunes.

Aujourd’hui, notre Conseil est à nouveau sollicité pour accompagner un nouvel ajustement de cette collaboration et il est nécessaire que nous mesurions et prenions en compte l’ensemble des paramètres qui permettront de conduire à bien ce futur projet qui s’ouvre. En effet,

  • Suite au rapport d’évaluation sur la FASL conduit par l’IDHEAP de décembre 2017 ;
  • Suite au rapport d’évaluation du Contrôle des finances de la Ville de Lausanne d’avril 2018 ;
  • Suite au dépôt du postulat de Madame Eliane Aubert, Conseillère communale PLR d’avril 2018 « Animation socioculturelle : Faut-il municipaliser la FASL » ;
  • Suite à la question écrite de Madame Laura Manzoni, Conseillère communale Ensemble à Gauche de mai 2018 et de la réponse de la Municipalité d’août 2018 « Quel futur pour la politique des quartiers » ;
  • Suite à la commission de juin 2018 en charge d’étudier le rapport de préavis de mars 2018 « Politique des quartiers : Première étape »;
  • Suite à la question écrite de Madame Latha Heiniger, Conseillère communale PS de juillet 2018 « Un nuage noir plane au dessus des places au soleil de la FASL » ;

il nous semble important d’interpeller urgemment la Municipalité sur un point qui n’est malheureusement pas suffisamment présent dans les différents rapports, questions et interpellations susmentionnés au sujet du fonctionnement de la FASL. Il s’agit de la manière dont le projet de mise en œuvre des recommandations sera conduit en partenariat avec l’ensemble des acteurs concernés à savoir la Ville, le Conseil de fondation de la FASL et les associations de quartiers comprenant les comités bénévoles et les professionnel-le-s salarié-e-s.

L’urgence se justifie du fait que :

  • La réponse au postulat de Madame Aubert n’interviendra qu’en 2019 ;
  • La vision globale de la future Politique des quartiers manque et que les réponses apportées suite aux évaluations réalisées ne se préoccupent que partiellement de la problématique de la gouvernance complexe de la FASL ;
  • Du manque de communication de la part de la Municipalité sur le processus de mise en place des recommandations posées dans les deux rapports d’évaluation de la FASL ;
  • D’un contexte de travail pour les professionnel-le-s et comités peu confortable au regard des éléments exposés ci-dessus ;
  • Le changement à la tête de la FASL soit à la direction et au conseil de fondation qui n’est pas encore stabilisé.

Nous sommes bien conscient-e-s que la FASL est une fondation de droit privé et elle est donc libre de choisir ses missions et de définir comme bon lui semble sa gouvernance interne et externe. Toutefois, cette organisation bénéficie également d’une convention de subventionnement non négligeable avec la Ville de Lausanne et la désigne comme l’un des partenaires privilégiés dans l’atteinte des objectifs de la future Politique des quartiers de Lausanne. Dans ce contexte en mutation, la FASL peut saisir la formidable occasion qui se présente pour redéfinir sa collaboration avec la Ville et la Ville de poser les objectifs communs qu’elle souhaite atteindre avec la FASL.

Face à ce chantier qui s’ouvre de part et d’autre, nous souhaitons que la Municipalité nous renseigne sur :

  1. Sa vision de la Politique des quartiers ;
  2. L’échéancier et les acteurs qui sont ou seront impliqués dans la définition de la « vision partagée » de la Politique des quartiers ;
  3. Le calendrier, les objectifs de travail et le dispositif de pilotage de mise en place des recommandations élaborées par les entités chargées de l’évaluation de la FASL ;
  4. Quels moyens (temps, compétences, finances) seront alloués pour permettre à la FASL de mettre en place les recommandations co-définies par la FASL et la Ville ?
  5. Est-ce que la Municipalité peut garantir le maintien des subventions, par exemple par le biais d’un avenant à la Convention de subventionnement, ainsi que de la Convention collective de travail le temps de la réalisation des éléments des points de la question 3 ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notifications
avatar
wpDiscuz