Interpellation – Du sexisme à vendre au Comptoir suisse ?

Carine Carvalho Arruda, députée– Interpellation déposée le 12 septembre 2018

Cet été, le Conseil d’Etat a fait un pas important pour la promotion de l’égalité entre les femmes et hommes en proposant la modification de loi sur les procédés de réclame dans une volonté d’interdire toute forme de publicité sexiste dans l’espace public. Cette proposition est conforme aux objectifs du prograrnrne de législature 2017-2021, notamment l’affirmation des valeurs démocratiques et en particulier le principe de l’égalité femmes-hommes.

Mais certaines activités organisées dans le cadre des manifestations tout public peuvent également reproduire des stéréotypes et des préjugés ou imposer une image réductrice du groupe des femmes.
Cette année la grande innovation du Comptoir suisse est un « espace au féminin » consacré aux « nouvelles tendances en matière de mode, de beauté, de bien-être, de décoration ou encore d’aventures », dont le clou du programme sont les spectacles de « Chippendales ». En soi, il n’y a rien de mal à proposer des services spécifiques pour un groupe de la population. Mais tant les activités proposées que la façon de les présenter semblent sorties tout droit de la moitié du XXe siècle. Comme beaucoup d’efforts marketing se focalisant sur les femmes, ce type de manifestation enferme le groupe des femmes dans l’imaginaire de la futilité, de l’égoïsme et de la domesticité.

N’aurait-il pas été plus intéressant de créer un espace dédié aux femmes entrepreneures et créatrices, un lieu les permettant de démontrer leur capacité d’innovation ? La manifestation a raté l’opportunité de sortir des sentiers battus et rebattus et donner enfin une réelle place aux femmes, tant comme consommatrices plurielles que comme entrepreneures novatrices.

J’ai donc le plaisir d’adresser les questions suivantes au Conseil d’Etat :

  • En tant qu’autorité luttant contre la publicité sexiste, que pense le CE des activités proposées dans le cadre du Comptoir suisse 2018 à l’adresse des femmes ? Le Conseil d’Etat cautionne-t-il, par sa présence, cette orientation sexiste de la manifestation ?
  • Considère-t-il ce type de manifestation compatible avec les efforts pour contrer le sexisme ordinaire, notamment à l’égard des publicités sexistes ?
  • Est-ce que le Conseil d’Etat compte s’approcher des organisateurs pour éviter que cela se reproduise pour une édition ultérieure ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notifications
avatar
wpDiscuz