Interpellation – La ville de Lausanne est-elle solidaire avec l’Aquarius ?

Vincent Brayer, conseiller communal. Interpellation déposée le 6 novembre 2018

Une pétition, récemment déposée à Berne avec plus de 25000 signatures, demandait à la Suisse d’accorder son pavillon au dernier navire de sauvetage des migrants en Méditerranée, l’Aquarius. Ce navire de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, sans pavillon, est bloqué dans le port de Marseille et ne peut plus effectuer sa mission d’assistance auprès de migrants en détresse dans la Méditerranée tant qu’il ne dispose pas d’un pavillon national.

De nombreuses personnalités politiques et civiles de tout bord, dont une ancienne présidente de la Confédération, ont lancé ce même appel qui a donné naissance à une interpellation au Conseil National cosignée par des élus de gauche, du centre et de droite. De même, des appels citoyens se font entendre de tous les milieux, notamment dans le domaine artistique[1] et une résolution a été débattue aujourd’hui même au Grand conseil vaudois[2]. L’ensemble de ces initiatives démontrent que des politiciens et des citoyens à tous les échellons appellent le Conseil fédéral à agir rapidement pour donner son pavillon à l’Aquarius et ainsi lui permettre de continuer sa mission. Le Conseil fédéral a indiqué qu’il donnerait sa réponse à la fin du mois de novembre.

La ville de Lausanne a une aura internationale et d’excellence, elle est aussi le siège du CIO. Depuis mars 2016, le CIO reconnait le statut d’athlète réfugié : Les athlètes olympiques réfugiés sont des participants aux Jeux olympiques qui, en raison de leur statut de réfugiés, ne peuvent ou ne veulent appartenir à une équipe nationale. Par ailleurs, dans sa réponse au postulat de Pierre-Yves Oppikofer, « Lausanne Ville-refuge », la Municipalité a affirmé non seulement son engagment en faveur des migrants, mais elle a aussi répondu qu’elle avait signé l’initiative des villes suisses pour être d’avantage associées aux décisions fédérales et cantonales de la politique sociale. Il est essentiel que la ville de Lausanne continue de défendre les populations les plus démunis sur son territoire, mais aussi qu’elle se positionne, notamment de par son statut de capitale olympique, lorsqu’il s’agit de défendre et promouvoir les droits humanitaires ailleurs dans le monde.

Rappelons encore que la mission de l’Aquarius est soutenue le Comité international de la Croix Rouge, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés. Dès lors, il nous paraît essentiel de poser les questions suivantes :

Cette situation requiert une urgence parlementaire puisque des vies sont en jeu en Méditerranée et tout délai ne fait qu’augmenter ne nombre de victimes en mer.

  1. Quelle est l’analyse de la Municipalité de cette situation ?
  2. La Municipalité peut-elle préciser le cadre légal cadrant les pavillons des navires naviguant pour raisons humanitaires ?
  3. Quelle est la marge de manœuvre de de la Municipalité pour demander au Conseil fédéral d’offrir le pavillon suisse à l’Aquarius, notamment en commun avec les autres villes suisses ou le Canton ?

 

[1] lamoindredeschoses.ch

[2]http://www.publidoc.vd.ch/guestDownload/Dépôt.pdf?path=/Company%20Home/VD/CHANC/SIEL/antilope/objet/GCCE/Résolution/2018/10/662781_18_RES_016_Dépôt_20181030_1397518.pdf

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notifications
avatar
wpDiscuz