Interpellation – Alcool et vitesse : moins de contrôles pour plus d’accidents ?

Déposée par Louis Dana, conseiller communal et consorts  – interpellation du 7 mai 2019

La ville de Lausanne a été le théâtre d’une hausse globale du nombre d’accidents de la circulation routière durant l’année 2018. Aussi, si 918 accidents avaient été constatés en 2017, l’année 2018 a été marquée par 936 rapports établis. On assiste ainsi à une hausse constante du nombre d’accidents de la route depuis l’année 2014, exception faite de l’année 2015.

Avec 63 victimes (+40% par rapport à 2017) dont 15 enfants (+67%), les piétons ont payé un lourd tribut. Parallèlement à ce phénomène, on constate un nombre de contrôles de vitesse à la baisse en 2018. Ainsi, les dénonciations pour excès de vitesse ont connus une baisse de 28,68% par rapport à 2017. De même, malgré une importante diminution du nombre de personnes contrôlées à l’éthylomètre, (6’424 cas, contre 7’715 en 2017), une légère hausse du nombre d’ivresses au volant est à relever (+3% par rapport à 2017). Il est donc faux de penser que les cas d’ivresse au volant sont moins nombreux que lors de l’exercice 2017.

Sans vouloir relever un lien de causalité direct entre un phénomène de hausse d’accident pour des baisses de contrôle de vitesse et d’ivresse au volant, ce constat appelle néanmoins plusieurs questions :

  1. La baisse des dénonciations pour excès de vitesse est-elle le fait d’un meilleur comportement de la part des automobilistes ou d’une priorisation différente de la part du Corps police (CP) dans ses actions ?
  2. De quels moyens le CP dispose-t-il pour contrôler la vitesse et pour relever l’ivresse au volant dans le périmètre urbain ?
  3. Comment la Municipalité peut-elle expliquer cette importante baisse de contrôle de vitesse et de contrôles à l’éthylomètre ?
  4. La Municipalité ne juge-t-elle pas insuffisante l’utilisation des pistolets-radars et des radars mobiles, embarqués dans des véhicules ? Si tel est le cas, pourquoi ces deux outils ne sont-ils pas plus utilisés ?
  5. La Municipalité est-elle en mesure de faire un lien de causalité entre la baisse des contrôles et la hausse des accidents impactant notamment les piétons ?
  6. Si tel devait être le cas, la Municipalité ne jugerait-elle pas judicieux de renforcer ces deux types de contrôles à l’avenir ?
  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifications