Un billet de train sinon rien ? 

Le 5 octobre 2016, nous apprenions, grâce au journal “le courrier”, l’existence d’une pratique dans la police lausannoise qui consiste à saisir l’argent liquide en possession des migrants lors des contrôles de police, puis dans un second temps la somme saisie est dépensée afin d’acheter un billet de train au montant correspondant à l’entier du pécule saisi